Whippet

Ses origines

Selon certains, son nom vient du vieil anglais "whappet" (petit chien glapissant), selon les autres de "whip it" (fouette cocher, en référence à l'interjection souvent utilisée par les parieurs de l'époque victorienne, lors des courses).
C'est au 19ème siècle que le whippet prend sa tournure actuelle après croisements avec des fox terriers, organisés par des mineurs du nord de l'Angleterre qui n'avaient pas les moyens d'entretenir des greyhounds mais avaient très envie d'organiser des courses de lévriers.
Ces nouveaux fox à poil lisse étaient plus rapides aux courses de lapins. Mais il était "essentiellement un chien local, de peu de valeur en dehors des limites des Northern Counties" pour Vero Shaw, se faisant là le porte-parole des aristocrates dans son "Book of the dogs". En effet, le whippet avait un grand défaut : fréquenter les basses couches sociales !
C'est en 1892 que les premières inscriptions de whippets sont enregistrées au Kennel Club (S.C.C. britannique).
Le plus important est bien évidemment sa capacité à courir vite... et même très vite (15,5 m/seconde) !
Aux alentours de 1930, fut créée l'Union internationale des clubs de lévriers. Pourtant le whippet ne fut jamais le plus connu d'entre eux. Jusqu'au milieu du 20ème siècle, la race resta confidentielle.
Mais de nos jours, le whippet est le lévrier le plus répandu en France.

Son caractère

Athlète confirmé, le whippet vous fera découvrir les cynodromes et vous aimerez autant ça que lui !
Plein de vitalité, le chiot ne peut se contenter d'un maître adepte du cocooning...
Grand ami de l'homme, il faut en revanche se méfier de son atavisme et l'empêcher de courser les chats, ce pourrait être mortel pour ces derniers.
Il aime le confort et se découvre des dispositions au calme dans l'intimité. Espiègle, il ne faudra pas toujours s'en laisser conter par son regard ingénu !
C'est le plus affectueux des lévriers, démonstratif et enjôleur !